News

News

Fertilité du sol

La Section d’agriculture au Goetheanum a publiée la documentation du Congrès international d’agriculture « Fertilité du sol – du fondement de nature à la tâche de culture » tenue à Dornach le 1er au 4 Février 2017.

 … >>

Avec les mains et le cœur

La famille vigneronne Cruchon se passionne pour le vin depuis des générations. Souvent citée en exemple pour son dynamisme et sa créativité, la famille perpétue et développe un savoir-faire unique qui contribue au renouveau et à l’illustration du vignoble suisse. Elle met beaucoup d’énergie à porter les exigences qualitatives au plus haut niveau. Un raisin ne restitue la magie d’un lieu, la personnalité d’un terroir, la force d’un cépage, que si la vigne évolue dans un environnement biologique sain et naturel. Cette conviction a conduite un jour vers la Biodynamie.

 … >>

Appel de soumissions de projets de sélection de semences biodynamiques

L’Association pour la Biodynamie vient de recevoir des fonds du FondsGoetheanum qui doivent être alloués à la promotion de la sélection de semences biodynamiques en Suisse.

 … >>

Collection de transparents sur l’agriculture biologique

Les dix chapitres de la collection présentent et expliquent des thèmes et des aspects importants de l’agriculture biologique. En plus d’une masse de connaissances de base et de faits, les dias présentent aussi des résultats de la recherche bio sous forme de graphiques, de diagrammes et de textes explicatifs intéressants.

 … >>

Lettre ouverte à Michel Onfray

En réponse à son émission radio de France Culture (reprenant pour large partie le contenu de son ouvrage Cosmos), les organismes de la biodynamie français ont décidé de publier une lettre ouverte à Michel Onfray.

 … >>

ENCORE MIEUX QUE LE BIO

Le 7e Marché Biodynamique de Suisse romande se tien- dra le samedi 3 septembre sous la Grenette.

 … >>

Avec les mains et le cœur

La famille vigneron Cruchon

La famille vigneronne Cruchon se passionne pour le vin depuis des générations. Souvent citée en exemple pour son dynamisme et sa créativité, pionnière de nombreuses démarches innovantes, la famille perpétue et développe un savoir-faire unique qui contribue au renouveau et à l’illustration du vignoble suisse. Soucieux de donner à un vin l’expression ultime, les Cruchons mettent beaucoup d’énergie à porter les exigences ualitatives au plus haut niveau. Un raisin ne restitue la magie d’un lieu, la personnalité d’un terroir, la force d’un cépage, que si la vigne évolue dans un environnement biologique sain et naturel. Cette conviction a conduite un jour vers la Biodynamie. Cette culture résolument biologique donne des résultats spectaculaires sur l’intensité et la diversité des goûts.

Œnologue de profession, Catherine gère la communication multimédia et le marketing au sein de l’exploitation viticole. Elle a eu la gentillesse répondre à nos questions.

Catherine Cruchon, en quoi votre exploitation est-elle « Demeter » ?
Sur le domaine Henri Cruchon, nous appliquons deux méthodes de viticulture différentes : d’ici 2018, nos 12 hectares auront été définitivement reconvertis en biodynamie. Nous travaillons avec plusieurs vignerons, dont deux ont la certification biodynamique. Leur vin est vinifié selon le cahier des charges Demeter. En ce moment, cinq de nos vins ont la certification Demeter, et dès 2018, ce sera aussi le cas de ceux issus de nos parcelles.

Quelles sont les exigences de Demeter à l’égard de ses transformateurs ? Comment préservez-vous la qualité biodynamique des raisins ?
Nous pratiquons depuis longtemps la « biodynamie » en cave, c’est-à-dire que nous vinifions la majorité de nos vins sans levures ni enzymes.

Vous vinifiez aussi des vins pour d’autres viticulteurs biodynamiques selon le cahier des charges Demeter. En quoi est-ce intéressant pour vous ?
Nous avons constitué une forme de communauté d’exploitation qui nous permet d’acheter des équipements, machines, etc. en commun. C’est financièrement intéressant pour tout le monde. L’équipe de Cruchon, qui compte 25 collaborateurs, prend toutefois en charge les travaux d’effeuillage et la vendange, puis nous vinifions le vin. Notre offre comprend donc déjà des vins Demeter, alors qu’en ce qui concerne nos parcelles, nous n’en sommes pas encore là.

Pourquoi êtes-vous convaincu par le label Demeter ?
La qualité du vin est très convaincante. Cette culture résolument biologique donne des résultats spectaculaires sur l’intensité et la diversité des goûts. Si ce n’était pas le cas, nous ne serions pas en reconversion !
La méthode de viticulture biodynamique permet aux raisins de s’imprégner du terroir.L’absence d’herbicides et d’engrais inorganiques y est certainement pour quelque chose, ainsi qu’un travail des sols qui les rend plus perméables. Les racines de la vigne peuvent y pénétrer plus profondément et le plant se nourrit ainsi lui-même. Tout cela profite au vin.
Le travail en cave fait intervenir la culture. La nature seule produirait du vinaigre. Les directives de la biodynamique nous obligent à tout faire pour que le vin développe et exprime un caractère authentique. C’est un peu comme la pédagogie, qui aide l’enfant à s’épanouir tel qu’il est. Ces directives sont très bien pensées, par le fait qu’elles sont très strictes et ne souffrent aucune exception. J’ai pleinement confiance en elles.
Ce qui est intéressant, c’est que c’est justement avec le vin, un produit de dégustation, qu’on remarque vraiment les apports de la biodynamie. Peut-être parce que les amateurs de vin ont les sens particulièrement affinés ?

Qu’est-ce qui est problématique, que pourrait-on améliorer à votre avis ?
Le surcroît de travail qu’exige la certification Demeter ne peut pas encore être couvert par un prix plus élevé. Le problème principal (bien que ce ne soit pas notre cas), ce sont les voisins qui travaillent de manière conventionnelle, car il faut toujours respecter une distance suffisante entre les zones. Le travail exigé pour le sol pose problème sur les plans inclinés. Pour l’instant, ces parcelles doivent être exclusivement entretenues à la main. Nous avons besoin de développer de nouvelles machines pour ça.

Le label Demeter est-il un avantage sur le marché ?
« Demeter » n’est pas encore un argument de vente pour les amateurs de vins. Mais plus nous recevons de distinctions, plus nous pouvons espérer récolter un jour le fruit de notre travail.

Est-ce que votre entreprise est équilibrée ? Lui manque-t-il quelque chose ?
Oh, il y a un fort potentiel. Nous sommes constamment en train de nous améliorer : comment augmenter la qualité ? Comment mieux maîtriser les processus en cave ? Nous avons chaque année de nouvelles idées et de nouveaux projets. Notre tâche principale, c’est d’innover.

Pour finir, vous pouvez exprimer un souhait.
Je souhaite que de plus en plus de vignobles se reconvertissent en bio ou en biodynamie. Ce serait vraiment un plus pour la viticulture suisse, et tout le monde en profiterait.

Merci beaucoup, Catherine Cruchon, pour cet entretien stimulant. Nous souhaitons plein succès à votre exploitation, et de nouveaux projets passionnants !

Adresse :

Domaine Henri Cruchon
Route du Village 32, 1112 Echichens
www.henricruchon.com

 

(Text: demeter.ch)

 

Retour