News

News

Fertilité du sol

La Section d’agriculture au Goetheanum a publiée la documentation du Congrès international d’agriculture « Fertilité du sol – du fondement de nature à la tâche de culture » tenue à Dornach le 1er au 4 Février 2017.

 … >>

Avec les mains et le cœur

La famille vigneronne Cruchon se passionne pour le vin depuis des générations. Souvent citée en exemple pour son dynamisme et sa créativité, la famille perpétue et développe un savoir-faire unique qui contribue au renouveau et à l’illustration du vignoble suisse. Elle met beaucoup d’énergie à porter les exigences qualitatives au plus haut niveau. Un raisin ne restitue la magie d’un lieu, la personnalité d’un terroir, la force d’un cépage, que si la vigne évolue dans un environnement biologique sain et naturel. Cette conviction a conduite un jour vers la Biodynamie.

 … >>

Appel de soumissions de projets de sélection de semences biodynamiques

L’Association pour la Biodynamie vient de recevoir des fonds du FondsGoetheanum qui doivent être alloués à la promotion de la sélection de semences biodynamiques en Suisse.

 … >>

Collection de transparents sur l’agriculture biologique

Les dix chapitres de la collection présentent et expliquent des thèmes et des aspects importants de l’agriculture biologique. En plus d’une masse de connaissances de base et de faits, les dias présentent aussi des résultats de la recherche bio sous forme de graphiques, de diagrammes et de textes explicatifs intéressants.

 … >>

Lettre ouverte à Michel Onfray

En réponse à son émission radio de France Culture (reprenant pour large partie le contenu de son ouvrage Cosmos), les organismes de la biodynamie français ont décidé de publier une lettre ouverte à Michel Onfray.

 … >>

ENCORE MIEUX QUE LE BIO

Le 7e Marché Biodynamique de Suisse romande se tien- dra le samedi 3 septembre sous la Grenette.

 … >>

Forte croissance du bio dans les grandes villes indiennes

L’Université Humboldt de Berlin publie une étude sur la commercialisation du bio en Inde

Von:

Source : www.bio-markt.info

Il y a quelques années encore, les produits biologiques indiens étaient, pour la plupart, exportés vers l’Europe et l’Amérique. Les ventes sur le marché intérieur commencent cependant à grimper : 190 millions de dollars pour 2011-2012, 1 milliard de dollars prévus pour 2015.

La croissance concerne avant tout les grandes villes

C’est là l’un des résultats d’une étude sur le marché du bio en Inde, menée en 2011 et 2012 par l’Université Humboldt à Berlin et l’ICCOA (International Competence Center for Organic Agriculture). L’étude montre que cette croissance se concentre avant tout dans les grandes villes, et serait notamment due à la prise de conscience de plus en plus large des dangers liés à l’utilisation de pesticides, ainsi qu’au pouvoir d’achat grandissant des classes moyennes citadines. D’après les auteurs de l’étude Nina Osswald et Manoj Kumar Menon, c’est Bangalore qui connaît le chiffre d’affaire le plus élevé dans le secteur du bio. C’est également dans cette ville que l’on trouve le plus de magasins bios par habitant.

Différenciations du marché intérieur

Avec cette nouvelle croissance, le marché intérieur est de plus en plus hétérogène : alors que certaines grandes firmes d’export fondent leur propre chaîne de vente au détail, de nombreuses initiatives indépendantes apparaissent sur les marchés locaux ou régionaux. 
La plus grande partie du chiffre d’affaire sur le marché des produits certifiés biologiques est réalisée dans des magasins spécialisés et dans des chaînes de supermarchés. Depuis 2010, de nombreux magasins de produits biologiques ont été ouverts. La plupart des supermarchés et chaînes de magasins ont commencé récemment à vendre des produits biologiques, et connaissent des taux de croissance de ce secteur montant jusqu’à 300%.

Croissance rapide des commerces en ligne et services de livraison

À côté des magasins bios et des supermarchés, d’autres formes de vente se sont développées durant les dernières années. Par exemple, les boutiques en ligne et les services de livraisons se multiplient. Ces nouveaux modes de distribution permettent aux produits biologiques d’atteindre plus de personnes, malgré le fait que les magasins bios soient parfois peu accessibles dans les grandes villes, à cause de l’encombrement des routes et des mauvaises infrastructures de transport.

Rareté des fruits et légumes biologiques

La plupart des magasins indiens vendent seulement des produits biologiques secs comme des céréales, lentilles, épices et thés. Les fruits et légumes biologiques sont plus difficiles à obtenir : étant données les conditions incertaines du marché, les magasins ne peuvent souvent pas prendre le risque de s’approvisionner en produits périssables.

Confrontés aux exigences logistiques liées au transport, stockage et transformation des produits, les producteurs sont souvent incapables de rentrer sur le marché des produits frais. Cela rend difficile l’approvisionnement fiable des consommateurs en fruits et légumes biologiques. C’est également une des raisons des prix à la vente très élevés des produits biologiques en Inde.

De plus, de nombreux producteurs biologiques n’ont pas accès aux circuits de distribution et sont donc contraints de vendre leurs produits sur le marché conviennel, sans bénéficier du prix de vente des produits biologiques.

Soutenir les petits producteurs

L’impossibilité d’accéder au marché est l’une des barrières les plus importantes qui empêchent les petits producteurs de se lancer dans l’agriculture biologique. Les exploitations qui réussissent à franchir ce pas sont peu nombreuses. Ainsi, dans le district Anantapur de l’État d’Andhra Pradesh, l’ONG Timbaktu Collective soutient les petits producteurs lors de leur reconversion à l’agriculture durable, au reboisement, protection des eaux et autres activités. Depuis peu, l’ONG a également offert son soutien à la création d’une firme spécialisée dans l’agriculture biologique appartenant aux producteurs sous la forme d’une coopérative, qui produit des aliments comme du millet, des lentilles et des arachides ensuite commercialisés sous la marque Timbaktu Organic. Grâce à une production communautaire, une mise sur le marché professionnelle et un accès à des marchés de qualité (pour la plupart à Bangalore et Hyderabad), la coopérative de producteurs a pu développer un modèle commercial prometteur et améliorer nettement la situation quotidienne de ses membres.

Le service de livraison de légumes GORUS constitue un exemple réussi d’une initiative de “community-supported agriculture”. Cette initiative relie directement des petits producteurs à un groupe de consommateurs dans la ville de Pune et contourne ainsi les risques élevés liés à la chaîne de livraison des produits frais. L’organisation se charge d’aider les agriculteurs à planifier leur production pour chaque nouvelle saison, les introduisent aux méthodes de production et de tri biologique, soutienne la création de valeur par la réintégration des surplus dans le cycle de production et prend en charge la logistique de livraison et les adhésions à l’organisation. GORUS a ainsi réussi à mettre sur pied une courte chaîne de livraison régionale, qui assure aux producteurs une plus grande sécurité et des revenus plus élevés, permet aux consommateurs citadins d’être approvisionnés en produits biologiques frais, et crée un lien humain entr les producteurs et les consommateurs.

Un soutien extérieur par des ONG ou par le gouvernement est un facteur décisif pour permettre l’apparition sur le marché de nouveaux produits, dans un contexte de croissance du secteur.

Ce texte est une version légèrement raccourcie d’un article de bio-markt.info. Vous pouvez lire l’article dans son intégralité ici (allemand)

Retour