News

News

40 ans d'étude et de goût pour la biodiversité

gzpk (Getreidezüchtung – culture de céréales – Peter Kunz) célèbre son 40e anniversaire en 2024. L'association à but non lucratif a ouvert ses portes pour une fête  à Feldbach/ZH, le 22 juin

 … >>

La colonie d'abeilles et l'apiculture Demeter

La pratique et le contexte de l'apiculture biodynamique dans un nouveau cours au Goetheanum, Dornach.

 … >>

Le congrès du jubilé: Soleil – Terre – Homme. 100 ans du cours aux agriculteurs

En 1924, Rudolf Steiner a développé les méthodes de la biodynamie dans son cours aux agriculteurs.

 … >>

Demeter.ch

Un vin de Marie-Thérèse Chappaz, viticultrice Demeter, obtient 100 points Parker

Le Robert Parker Wine Advocate, une publication américaine bimensuelle renommée sur le monde du vin, a publié ses critiques sur les vins helvétiques. Pour la première fois, l’un d’entre eux a obtenu la note exceptionnelle de 100 – soit la totalité des points. Il s’agit du vin doux ‘Grain par Grain Petite Arvine Domaine des Claives’ de Marie-Thérèse Chappaz, vigneronne certifiée Demeter.

 … >>

Demeter.ch

Jardinage avec la lune

La saison des jardins doit être planifiée à temps. Le calendrier biodynamique est un compagnon indispensable si l’on veut coopérer avec les forces de la nature. Les producteurs*trices Demeter sont libres de travailler ou non selon ce calendrier.



 … >>

Sauver le climat, repenser l'élevage !

Cette année a montré plus clairement que jamais que l'agriculture souffre déjà des conséquences du changement climatique. Des représentants de près de 200 pays se réunissent cette semaine pour la conférence de l'ONU sur le climat à Charm el-Cheikh. Demeter appelle les politiques à tout mettre en œuvre pour respecter la limite de 1,5° de hausse de la temperature et rendre ainsi l'agriculture durable.

 … >>

Pas de génie génétique sans réglementation

Un puissant lobby d'entreprises, d'associations technologiques et scientifiques fait campagne pour que les nouveaux procédés de génie génétique soient exemptés d’une partie de la réglementation prévue par la législation européenne. On n’évaluerait donc pas les risques des organismes génétiquement modifiés créés à l'aide de nouveaux procédés tels que CRISPR/Cas. Contournant ensuite l’étiquetage, ils pourraient arriver sur le marché sans être reconnaissables en tant que tels par les consommateurs.

 … >>

Pas de génie génétique sans réglementation

Un nouveau procédé de modification génétique laisse craindre des conséquences fâcheuses

Nous ne serions plus en mesure de choisir si nous voulons acheter et consommer des produits OGM ou non. L'agriculture ne serait alors plus en mesure d'assurer une culture sans OGM – car une fois ces organismes mis en circulation, ils ne pourraient plus être récupérés. Le résultat serait la fin de la production d'aliments sans OGM en Europe.
C'est pourquoi nous ripostons avec d'autres associations dans toute l'Europe : les organismes génétiquement modifiés, qu'ils aient été produits par génie génétique ancien ou nouveau, doivent continuer à être soumis à une évaluation des risques indépendante et ensuite étiquetés !
Nous sommes en train de poser les jalons.
Nous appelons les responsables parmi les politiciens à faire campagne pour le maintien de la réglementation du nouveau génie génétique.

Différences entre le génie génétique classique et nouveau

  • Génie génétique classique
    Dans le génie génétique classique, des gènes d'un autre organisme, par exemple un virus ou une bactérie, sont introduits dans l'ADN d'une plante afin d'obtenir certaines propriétés telles que l'immunité à certains herbicides.
  • Nouveau génie génétique
    Le matériel génétique est également ciblé dans le nouveau génie génétique. Au lieu d'introduire de l'ADN étranger, cependant, des gènes individuels sont découpés, recombinés, etc. Cela peut entraîner des effets imprévus. De plus, les brevets exclusifs sur les semences produites à l'aide de ces méthodes font courir le risque que les agriculteurs perdent leur indépendance au profit des grandes entreprises agricoles.

Ce que nous exigeons :

  • Les nouveaux organismes génétiquement modifiés (OGM) doivent également être étiquetés de manière à ce que les consommateurs, les agriculteurs, les sélectionneurs, les entreprises de négoce et de transformation puissent les reconnaître et les éviter à tout moment.
  • Les nouveaux OGM doivent également continuer à faire l'objet d'une évaluation et d'une estimation des risques conformément au principe de précaution de l’UE.
  • Les procédures de traçabilité et de vérification doivent rester une exigence pour l'approbation des OGM, tout comme la possibilité de les récupérer. Quiconque met des OGM sur le marché doit être responsable des risques et des dommages consécutifs.
  • L'UE et les États membres doivent financer davantage de recherches sur les risques pour l'environnement, la biodiversité et la santé des nouveaux OGM, leur impact socio-économique et le développement de méthodes générales de détection.
  • Afin de promouvoir une agriculture écologique et paysanne diversifiée, respectueuse du climat et socialement juste, il convient de soutenir la recherche et le développement de méthodes agroécologiques éprouvées et efficaces sans OGM.

Le délai pour signer la pétition court jusqu'au 5 novembre 2022.

Signer la pétition

Pourquoi est-ce important ?
Vous pouvez en savoir plus sur les raisons pour lesquelles il est important de signer la pétition ici (Link Bio Austria) ou ici (Link Biodynamic Federation – Demeter International; anglais)

Retour