Actualités

Actualités

Une onzième classe de Trente à l'International Students' Conference 24

Le récit et les impressions d'une élève d'XIème classe de l'école Rudolf Steiner de Trente (IT), après avoir participé à la International Students' Conference 24 à Dornach du 10 au 14 avril – la plus grande conférence organisée par la section jeunesse ces cinq dernières années.

 … >>

La rencontre des pôles dépend de nous

Vivre ensemble devient difficile tant le caractère anti-social de l’individualisation de nos sociétés prend le dessus et nous empêche de nous rencontrer. La multiplicité des points de vue conduit à toutes sortes de projets de vie qui souvent s’entrechoquent.

 … >>

Deux nouveaux membres au comité

Le 10 février 2023, lors de l'assemblée des délégués, Michèle Grandjean Cordes et Jonathan Keller ont été élus à l'unanimité par les délégués comme membres du Comité de la Société anthroposophique suisse. Une élection chaleureusement approuvée le lendemain par les membres. Le rapport à ce sujet est à lire dans «Anthroposophie – Suisse» III 2023. Le portrait suivant présente les impulsions et préoccupations de Michèle Grandjean Cordes.

 … >>

Deux nouveaux directeurs pour les Archives Rudolf Steiner

David Marc Hoffmann dirige les Archives Rudolf Steiner depuis 2012. En mars 2025 il prendra sa retraite. Dès le mois suivant, la direction sera assurée collégialement par l'enseignante Waldorf et slaviste Angelilka Schmitt et l'économiste et philosophe Philip Kovce.

 … >>

La fondation Edith Maryon

Le 2 mai 2024 sera le centenaire de la mort de la sculptrice Edith Maryon. La fondation de Bâle célèbre son éponyme.

 … >>

Pourquoi avons-nous besoin d’une Société anthroposophique ?

On ne devient pas membre d’une société ordinaire : c’est avec sa propre réalité à la fois humaine et cosmique qu’on s’intègre à ce nouvel édifice social, qu’on y participe et qu’on le constitue toujours à nouveau.

 … >>

Relance de mourir.ch

Le site Internet francophone mourir.ch a ouvert au public ce 15 décembre 2023 dans sa nouvelle version.

 … >>

Assemblée générale de la Société anthroposophique universelle

Une réforme s'impose dans les finances, la direction du Goetheanum a exprimé sa volonté de changement, des visions d'avenir ont été exprimées ainsi que leur concrétisation en formes de travail. Bref, l'assemblée générale s'est perçue comme une phase de transition entre d'anciens types de comportement et une nouvelle façon d'agir.
 

Le trésorier Justus Wittich l'a exprimé clairement: "De l'état actuel des finances il ressort clairement que la Société anthroposophique doit changer. Nous ne pouvons plus continuer comme avant." Dans les dernières années, le déficit structurel du Goetheanum a été sans cesse rééquilibré. Mais pour les comptes de fin d'année 2016, il a fallu dissoudre des provisions et des fonds propres, se servir de legs et engager des hypothèques. Cela a certes réduit le déficit de 300 000 francs. De cette façon néanmoins le problème du déficit structurel n'a pas été résolu.

La direction du Goetheanum cherche des solutions. Les membres de la Société anthroposophique parviennent juste à couvrir un tiers des dépenses. Pour compléter cela, il est prévu de fonder une "Association du Goetheanum" pour que les entreprises de toutes sortes puissent également le soutenir. Dans les nouvelles structures susceptibles d'être abordées, il est question d'une nouvelle compréhension de la Société antroposophique et de son Ecole supérieure. Dans le sens de l'Ecole supérieure de science de l'esprit, tout être humain aujourd'hui peut être spirituellement actif dans sa culture méditative intérieure ou dans sa vie quotidienne et professionnelle. Les conditions où cette activité se déploie peuvent certes varier d'un individu à l'autre. Les uns partiront de la "Philosophie de la liberté", tandis que les autres s'appuieront sur leurs expériences personnelles, réalisées par exemple dans les bidonvilles ou les favelas. Mais ce qui sera nouveau, ce sera de se ressentir partie intégrante d'un grand mouvement et ouvert à des partenariats.

Au cours de la rencontre annuelle qui a encadré l'assemblée générale, des idées se sont cristallisées au sujet de la manière dont il faudra comprendre à l'avenir le travail anthroposophique et ses conditions dans les différents pays.

Le débat concernant les six motions (propositions) s'est déroulé de manière très objective et ciblée. Deux des propositions ont été soutenues par les membres présents. Ainsi le Comité directeur veillera d'une part à ce que l'initiative "Ein Nachrichtenblatt" puisse se présenter dans l'organe de publication de la Société "Anthroposophie weltweit" et il présentera d'autre part un rapport d'activité sur la mise en scène du "Faust". N'ont pas obtenu de majorité les propositions visant à rendre secrets les votes et à toujours faire le compte des abstentions (mais celles-ci seront dorénavant demandées). La motion visant à créer un groupe de travail s'occupant des motions en général dans le cadre de la Section des sciences sociales a été retirée. On n'a pas jugé mûre pour un vote la motion souhaitant l'annulation de la décision de l'assemblée générale de 1935 concernant Ita Wegman et Elisabeth Vreede. Au lieu de quoi, une proposition alternative, issue de préoccupations de Gerald Häfner, continuera d'être travaillée.

Déchargé et agrandi d'un nouveau membre -Matthias Girke-, le Comité directeur, suivi de la direction du Goetheanum, entamera une année particulièrement existentielle.

Préimpression du: ‹Das Goetheanum› No. 17/2017 (raccourci)

 

Retour