Actualités

Actualités

Pourquoi avons-nous besoin d’une Société anthroposophique ?

On ne devient pas membre d’une société ordinaire : c’est avec sa propre réalité à la fois humaine et cosmique qu’on s’intègre à ce nouvel édifice social, qu’on y participe et qu’on le constitue toujours à nouveau.

 … >>

Relance de mourir.ch

Le site Internet francophone mourir.ch a ouvert au public ce 15 décembre 2023 dans sa nouvelle version.

 … >>

Le premier et le prochain Congrès de Noël

Dans notre entretien avec Clara Steinemann à propos du Congrès de Noël de 2023 nous nous demandons entre autre si l'Anthroposophie est une école ésotérique, un discours philosophique sur l'être humain ou encore quelque chose d'autre.

 … >>

Formation en Goetheanisme, une méthode scientifique à découvrir

Le Forum pour la Science de l'Esprit propose un cursus de quatre ans en goethéanisme, débutant en septembre 2023.
L'objectif de ces études est d'apprendre un mode de connaissance libérateur et ouvert sur l'avenir, grâce auquel la personnalité et, par conséquent, l'élément social peuvent se développer en harmonie avec la dignité humaine.
À ce sujet, nous avons posé quelques questions à Iris-Astrid Seiler, psychologue, co-organisatrice et enseignante du cours.

 … >>

Schweizer Mitteilung

Nouvelles de la vie anthroposophique

En juin, les Nouvelles de la vie anthroposophique suisse rendent compte de la conférence des délégués du 22 avril 2023 à Will, qui s'est déroulée dans une ambiance de vénération extrêmement stimulante. Le sujet étant la culture de la conversation, on a montré comment cultiver l'échange avec l'autre.

 … >>

Schweizer Mitteilung

Nouvelles de la vie anthroposophique

L'édition de Mai s'ouvre avec un article de Franz Ackermann, suivant une remarque de Rudolf Steiner sur le fait que les anges seraient devenu de plus en plus proches des êtres humains. L'auteur essaye de montrer en quel sens s'appliquer pour s'apercevoir de cette proximité.

 … >>

Oui, nous sommes bien dangereux !

À ce qu'une partie des médias raconte, les gens devraient avoir peur des anthroposophes et des écoles Waldorf, qui semblent scellées de l'extérieur et demeurent impénétrables comme des boîtes noires.

 … >>

Le premier et le prochain Congrès de Noël

Clara Steinemann, membre du comité de la Société anthroposophique suisse depuis 2005, fait partie du groupe de préparation du prochain Congrès de Noël. Sur ce que cette impulsion apporte à l’humanité nous avons eu avec elle l'entretien suivant.

La société de pays suisse s'est préparée à ce congrès au cours des dix dernières années. En revanche, de nombreux jeunes (et moins jeunes) n'abordent ce thème que depuis peu. Qu'est-ce qui serait particulièrement important afin de s’y disposer, maintenant ? Y-a-t-il une direction que chacun pourrait donner à ses pensées ?

Clara Steinemann: Je ne peux pas répondre à cette question de manière aussi générale. Je pense qu'il existe aujourd'hui de nombreuses possibilités d’avoir accès à ce que le Congrès de Noël signifie. C’est en cette direction que nous tentons avec ce centenaire d'ouvrir une porte et de donner des impulsions pour que cela vive à l'avenir, tant pour les personnes qui l'ont déjà portée dans leur cœur que pour celles qui commencent seulement à le connaître.


Comment se déroulera le congrès ?

C. S. Chaque jour, le matin, des eurythmistes se produiront sur scène et montreront des parties de la Pierre de fondation dans différentes langues. Les conférences principales, qui se tiendront immédiatement après, seront axées sur ce qui caractérise la Société anthroposophique : l'acte de fondation du 25 décembre, la Société anthroposophique, l'École libre de science de l'esprit et un coup d’œil sur l’avenir.
Dans les conférences du soir, on tentera de regarder les mystères de l'avenir sur la base de l'histoire des anciens mystères – Éphèse, Chartres, les Rose-Croix – tels que Rudolf Steiner les a décrits lors des soirées du congrès de Noël. La dernière soirée sera consacrée au mystère du Gardien du seuil et à ce que signifie pour l'humanité le franchissement de ce seuil à notre époque.
Un programme varié caractérise ce congrès, les cours spécialisés de l'après-midi et les podiums et forums en étant un élément essentiel. Nous nous sommes demandés quels domaines de la vie ont été ou sont explorés par l'anthroposophie de telle sorte que l’élément ésotérique, le spirituel pénètre jusque dans les manifestations extérieures, dans la science et dans la pratique, pour qu'il soit possible d'expérimenter comment l'anthroposophie agit et transforme. Nous avons proposé des cours qui partagent ce caractère de recherche et, par cela même, devraient nous apprendre quelque chose.

L'adhésion à la société est parfois problématique. Pourquoi de nombreuses personnes engagées dans l'anthroposophie, qui se sont adonnées à une recherche intérieure, trouvent que le congrès de Noël est une abstraction ? Qu'est-ce que l'ésotérisme en est devenu ?

C. S. Un élément clef du congrès de Noël est que la vie ésotérique ne peut plus se séparer de la vie quotidienne. Auparavant, Rudolf Steiner avait donné des cours ésotériques à des groupes restreints ou à des individus. Il existe de nombreuses phrases à méditer à différents moments de la journée, dont quelques-unes étaient destinées à une personne spécifique. Tout cela a un caractère qui précède le congrès de Noël et qui, vu sous l'angle actuel, peut être compris comme une préparation à ce dernier, à ce tournant spirituel : jusqu'alors, le travail ésotérique se dérobait au monde extérieur. Les hommes qui s’y vouaient se retiraient et évitaient autant que possible l’extérieur pour renforcer l’intérieur.  Avec le début de l'ère de Michaël, l'anthroposophie arrive peu à peu sur la terre. La Pierre de fondation, pas seulement les versets, mais bien plus la Pierre, c'est-à-dire une structure éthérique et spirituelle, réalise la possibilité pour les hommes modernes de cultiver l'ésotérisme dans la vie quotidienne et de transformer et d'organiser la vie extérieure en conséquence.

Ainsi plutôt qu’une école ésotérique, ou même un discours philosophique sur l’être humain, l’anthroposophie ne serait-elle pas un exercice intérieur sur ce qui relie l'humanité au monde ? De ce fait, ce que chacun porte dans le monde en tant qu’action devient d'une grande importance.

C. S. En effet, si j’ose dire, aujourd’hui il n'est plus possible de séparer l'occupation extérieure de la recherche intérieure. Si utile que ce soit que de se concentrer davantage sur la spiritualité pendant une période de sa vie, depuis le congrès de Noël le véritable ésotérisme est à chercher dans la vie, dans le travail, dans la transformation de la nature ; bref, dans la civilisation. Ainsi, la première classe de l'École Libre de Science de l'Esprit n'a un effet sain que si elle est liée au travail dans le monde. C'est pourquoi, lors du congrès de Noël, Rudolf Steiner a créé les sections et leurs responsables.
La manière dont Steiner a organisé la Société et les sections le montre également : il n'y a de secret qui ne soit pas lié à la vie et au travail qui y est associé. La Société est le cœur de quelque chose qui va entièrement dans le monde.


Quelle est la portée de la Pierre de fondation en ce sens ?

C. S. Je comprends la Pierre de fondation comme le centre de tout. Tout y est présent en quintessence. En la méditant avec régularité, on accorde son âme pour qu'elle puisse agir dans le monde grâce à une connexion consciente et forte avec l'esprit et le corps.

Pourquoi beaucoup de gens s’intéressent à l'anthroposophie, mais pas en même temps à la Société anthroposophique ?

C. S. Il y a plusieurs raisons à cela, je ne souhaite pas m'étendre ici. Nous en avons beaucoup parlé au fil des années. Maintenant nous devons aller de l'avant. Ce congrès a été préparé de manière à ce qu'il puisse être un événement pour toutes les personnes intéressées. Nous espérons vivement pouvoir toucher un grand nombre de personnes, non seulement des germanophones, mais aussi, grâce aux nombreuses traductions, des personnes parlant d'autres langues. Malheureusement, nous n'avons pu choisir qu'un nombre limité de langues et avons dû en omettre d'autres, bien qu'elles soient également importantes pour de nombreuses personnes.

 

Nous vous remercions vivement pour cet entretien, Frau Steinemann. Nous souhaitons un bon travail à vous et à vos collègues.

Giovanni Tobia De Benedetti

 

Lien pour s'inscrire au congrès

Programme

Retour