News

News

Goetheanum

La Section Médicale au Goetheanum et l’Union Internationale des fédérations de médecins d’orientation anthroposophique ré-affirment leur position : la médecine d’orientation anthroposophique ne représente aucune attitude anti-vaccinale, et ne soutient aucun mouvement anti-vaccinal. Bien au contraire, elle préconise un regard objectif, professionnel et différencié sur les vaccinations.

 … 

Damid

Une nouvelle étude montre que l’arthrite rhumatoïde en phase précoce peut très bien être traitée selon la méthode anthroposophique-intégrative. 

 

 … 

Weleda AG, premier fabricant de produits cosmétiques naturels et de médicaments anthroposophiques, a vu son chiffre d’affaires augmenter de nouveau en 2012 et a réalisé un résultat équilibré durant l’exercice. Le revirement de tendance s’est ainsi fait plus vite que prévu. … 

Pour un regard objectif sur les vaccinations

Prise de position de la médecine anthroposophique

 

«La médecine anthroposophique reconnaît expressément la contribution des vaccinations à la santé dans le monde », écrivent la Section Médicale au Goetheanum (Suisse) et l’Union Internationale des fédérations de médecins d’orientation anthroposophique dans une prise de position commune. De concert avec l’éducation sanitaire, l’hygiène et une alimentation adéquate, les vaccinations ont contribué à ce que des « vies innombrables aient pu être sauvées ». La médecine anthroposophique soutient les vaccinations permettant d'éviter les maladies mortelles, avant tout au vu des défis pour la santé que représentent le climat, la pauvreté, les mouvements de réfugiés, les hébergements de masse, la sous-nutrition, et autres.

La rougeole est, surtout pour les nourrissons et les adultes, une maladie infectieuse lourde de conséquences. En même temps, il convient de respecter scrupuleusement le droit des parents  et des patientes/patients à être correctement informés au sujet de la vaccination et du moment adéquat pour la vaccination. Pour cela, il est important de savoir la chose suivante : la vaccination contre la rougeole ne protège pas tout un chacun, - au moins un pour cent de ceux qui ont reçu une double vaccination montre une protection vaccinale insuffisante ; la question du moment optimal est également à soulever : « Une vaccination à neuf mois a plus souvent pour conséquence un échec de la protection vaccinale qu’une vaccination à partir de 15 mois, laquelle procure une protection de longue durée beaucoup plus fiable », dit Georg Soldner, pédiatre et directeur par intérim de la Section Médicale au Goetheanum. « Lors d’une vaccination trop précoce », selon Georg Soldner, « il y a plus d’enfants qui restent non réceptifs à la substance vaccinale. » Au-delà de cela, il existe la responsabilité vis à vis de personnes qui, à cause d’un système immunitaire défectueux, ne peuvent pas être vaccinées. « Lorsque des adolescents quittent mon cabinet », continue-t-il, « je vérifie autant que possible qu’une immunité contre la rougeole peut être attestée. Il ne devrait pas arriver que par exemple un adulte sans protection vaccinale voyage dans un pays - par exemple dans le cadre d’un projet d’aide au développement - dans lequel sévit encore la rougeole : il pourrait y être contaminé et ensuite contaminer d’autres personnes. »

Concernant la vaccination contre la rougeole, des études ont montré qu’elle peut contribuer à une saine maturation du sytème immunitaire. Selon Georg Soldner, « il est bien avéré que le système immunitaire du petit enfant peut mûrir grâce aux accès de fièvre survenus lors de ses maladies. Mais pourtant, un développement sain est aussi possible sans la rougeole, dans la mesure où les enfants traversent des épisodes fiévreux aigus lors d’autres maladies, et s’ils reçoivent alors des traitements qui les ménagent et des soins appropriés. »

***

Explications (en anglais) www.ivaa.info/latest-news/article/article/anthroposophic-medicine-statement-on-vaccination

Contact Claudia Holtermann, info@medsektion-goetheanum.ch

Le Goetheanum est le siège de L’Université de Science Spirituelle et de la Société Anthroposophique, toutes deux actives dans le monde entier. L’Université de Science Spirituelle travaille avec ses onze sections dans les domaines de la recherche, du développement, de l’enseignement et de la mise en oeuvre des résultats de ses recherches sur le plan pratique ; elle est soutenue dans son travail par la Société Anthroposophique.

Retour