News

News

Les jeux de rôle virtuels modifient le vécu de monde réel

“Les frontières entre la réalité de l’homme et celle de la machine s’estompent”, affirment des psychologues de l’Université Witten/Herdecke

Von:
Source : Université de Witten/Herdecke Des millions de personnes passent une part importante de leur temps libre dans le monde digital. Dans les jeux de rôle virtuels, ils adoptent la perspective d’un caractère fictif, qu’on appelle “avatar”. Des nouvelles recherches de l’Université de Witten/Herdecke (UW/H) ont étudié les répercutions des jeux de rôle virtuels sur le vécu dans le monde réel. De façon surprenante, l’étude conclut que la sensibilité au monde réel (ici mesurée par la sensibilité des joueurs à la douleur) décroit chez les personnes s’étant immergées dans un jeu de rôle.

Jusqu’à aujourd’hui, ce type études s’est principalement concentré sur la question du débordement dans le monde réel d’une violence prégnante et répétée dans l’espace virtuel. Cette nouvelle étude propose d’aller plus loin. Que le jeu soit violent ou non, le participant à un jeu de rôle se met à la place d’un avatar, qui est en général un être robotique évoluant dans un monde artificiel. Peut-on dire que le simple fait de se mettre dans la peau d’un avatar puisse provoquer chez le joueur un comportement robotique dans le monde réel ? “On admet que le comportement de type robotique est notamment caractérisé par une prestance mécanique, une rationalité détachée, et une relative absence d’émotions”, explique le Professeur Ulrich Weger, Directeur du Département de Psychologie et Psychoterapie de l’UW/H. “Notre étude montre que les sujets d’expérience qui se sont mis dans la peau d’un avatar ont ensuite adopté dans le monde réel des comportements de type robotique, et sont devenu moins sensible à la douleur, ainsi qu’à la douleur des autres.” L’insensibilité à la douleur a augmenté de 18 % en moyenne chez les sujets ayant joué à un jeu de rôle. La diminution de la sensibilité envers les douleurs d’autrui s’est manifestée par une empathie moins prononcée envers la douleur expérimentée par autrui. Ces cas connus où des joueurs sont restés devant leur ordinateur au-delà de la limite de l’épuisement total, et sont tombés d’épuisement ou parfois même morts devant leur écran, peuvent être analysés comme des pertes du sens de la réalité. Ce sont des formes extrêmes de ce qui est tout juste perceptible dans l’étude en question. “Les résultats actuels suggèrent que la participation à des jeux de rôle, la différence entre la réalité de l’homme et celle de la machine s’estompe”, estime le Professeur Weger.

Par ailleurs, des résultats suggèrent également que les jeux sociaux influencent les comportements sociaux dans le monde réel. “En effet, ces études montrent de façon générale que l’attitude que nous adoptons et cultivons dans le monde virtuel influe sur nos comportements dans le monde réel. Dans le sens de notre étude, j’estime plutôt que l’attitude que nous apprenons dans les jeux de rôle immersifs, qu’ils soient de type agressif ou social, est de nature sérielle, mécanique, d’où l’esprit est absent, car cette attitude est d’abord transmise par le rôle de robot que joue l’avatar. C’est dans le contact humain direct que l’enfant peut le mieux apprendre à adopter un comportement social”, continue le Professeur Weger.

Bien que sous une forme inversée par rapport à ce qui est décrit plus haut, le mélange entre les mondes de l’homme et de la machine est observable quotidiennement. Des figures animées, assistants de ventes virtuels, des jouets-robots qui reçoivent l’amour et l’attention des enfants jusqu’aux robots utilisés dans le contexte psycho-thérapeutique, la frontière s’estompe lors de l’exécution croissante de tâches humaines par les machines. “Aujourd’hui, nous devons nous demander comment réagir face cette dilution, quel équilibre nous devons trouver entre l’utilisation sensée et la dépendance non-réfléchie, comment minimiser les influences néfastes, ou au moins y trouver des contre-poids. Pour cela, nous devons nous demander ce que signifie vraiment le fait d’être humain, d’être un humain dans ce monde et y être actif”.

Lire l’article en anglais (accès payant) Université Witten/Herdecke

Retour