«La Société anthroposophique se veut être une association de personnes désireuses de cultiver la vie de l'âme dans l'individu et dans la société en se fondant sur une véritable connaissance du monde spirituel.»

Statuts fondateurs §1 de la Société anthroposophique

Société anthroposophique suisse

La Société anthroposophique se trouve aujourd’hui presque partout dans le monde. Elle se forme là où des femmes et des hommes ressentent certaines questions au sujet de l’essence de l’être humain et du monde aussi existentiellement qu’on ressent la faim et la soif. Cette dimension peut se présenter comme une certitude, une question ou une forme de nostalgie. L’anthroposophie permet d’éprouver la réalité d’un monde spirituel de manière toujours plus concrète — et que cette réalité devient alors une orientation pour la vie. C’est une question de développement.

Rudolf Steiner (1861 à 1925), le fondateur de l’anthroposophie, voyait celle-ci comme un développement de la conscience de la dignité humaine. Plus la civilisation technique se complexifie, plus il est important que des espaces soient créés pour l’être humain, — indépendamment de sa naissance, sa culture ou son degré de formation — où il peut devenir et réaliser ce qui lui appartient de manière unique. À cela est liée une tâche sociale.

C’est à cette tâche que s’attelle la Société anthroposophique. Elle est présente, là où des femmes et des hommes stimulés par l’anthroposophie se trouvent dans en dialogue, où les expériences de l’un évoluent au contact de celles de l’autre.

Ses membres peuvent s’organiser en groupes, grands ou petits, en fonction de leur situation géographique ou de leurs sujets d’intérêt. Ainsi vivent aujourd’hui une variété de sociétés nationales et des groupes locaux et des groupes spécialisés dans différents domaines, dans une Société anthroposophique générale — dont le siège est au Goetheanum.

La Société anthroposophique suisse est l’une de ces sociétés nationales. Son siège à Oberer Zielweg 60 à Dornach. Elle soutient la recherche scientifique de l’esprit et l’approfondissement anthroposophique dans les différents domaines de travail et de vie en Suisse — comme l’agriculture, l’alimentation, la médecine, les soins, la pédagogie, la pédagogie curative et la sociothérapie, les arts et l’architecture, les sciences naturelles et les sciences économiques et sociales.